Présentation

La question de la recherche dans le domaine du travail social a fait l’objet de vifs débats au cours des années 80 aboutissant notamment à la décision du CNAM de créer une Chaire de travail social (1999). Sous l’impulsion de la Direction générale de la cohésion sociale, s’est organisée en 2012 une conférence de consensus sur le thème de « La recherche en/dans/sur le travail social. Dans ses conclusions, le jury international réuni à cette occasion s’est notamment prononcé pour « la reconnaissance du travail social comme un champ disciplinaire spécifique, constitué dans certains pays, en déploiement dans d’autres, dont les fondements s’appuient sur des recherches qui émanent des questionnements de la pratique des travailleurs sociaux et qui répondent, en même temps, aux exigences de scientificité » et sur « la création de dispositifs permettant la réalisation et la diffusion de ce type de recherches.

Fort de ses conclusions et des débats des États généraux du travail social (2014), le Plan d’action du gouvernement en faveur du travail social et du développement social (2015), prévoit notamment « d’inscrire progressivement le travail social dans un parcours conduisant à des grades universitaires » et de « reconnaître l’intervention sociale comme un champ de recherche. Une telle orientation suppose le développement de recherches sur le champ du travail et de l’intervention sociale susceptible de favoriser la création d’un réseau de recherche dédié. 

Xavier FLORIAN,

Président du conseil d'administration de l'AFRIS Paris Parmentier, association gestionnaire de l'IRTS Parmentier

2015 : Création d’un pôle « Direction de recherche »

Dans le cadre de la transformation dans le champ du travail social, l’IRTS Parmentier a créé dès 2015 une Direction de la recherche.

Ce premier acte fondateur a été suivi, en 2020, par l’ouverture d’une École doctorale libre du travail social et des solidarités.

La recherche à l’IRTS Parmentier est composée :

  • De la Direction de la recherche, en charge de l’administration du pôle (incluant l’École doctorale) et du développement des partenariats universitaires et institutionnels.
  • De l’Ecole doctorale libre du travail social et des solidarités, en charge du partenariat doctoral avec l’Université de Montréal, de la « Prépa » doctorale, de l’espace collaboratif dédié à l’accompagnement des salariés dans leur projet de recherche et à l’organisation de séminaires croisant les regards du travail social et de la recherche.
Télécharger la plaquette de l'école doctorale

En savoir plus

Le conseil scientifique

« La recherche doit irriguer la formation et la formation irriguer la recherche. Le projet associatif souhaite valoriser la recherche en interne et en externe. Comment faciliter cette dimension et rendre visible la diversité des projets de recherche en cours ? L’IRTS Parmentier s’est doté d’un conseil scientifique pour valider la démarche».

Manuel PÉLISSIÉ, directeur général de l’IRTS Parmentier et directeur de la recherche par intérim

La fonction et le périmètre de compétence du Conseil Scientifique

  • Fonction du Conseil scientifique
    Le Conseil scientifique émet des avis consultatifs adressés au Conseil d’administration de l’AFRIS Paris Parmentier.
  • Périmètre de compétence du Conseil scientifique :
    • Le projet scientifique de l’IRTS Parmentier et les partenariats qui en découlent.
    • Les orientations de la recherche et de l’utilisation des crédits de recherche.
    • Les règles relatives au recrutement et à l’emploi des personnels concourant à la mise en œuvre des orientations scientifiques de l’IRTS Parmentier.
    • Les programmes de formation initiale et continue de l’IRTS Parmentier.
  • Composition du Conseil scientifique :
    Le Conseil scientifique est composé d’au moins 10 membres avec voix délibérative, nommés pour un mandat de 3 ans renouvelable, sauf pour le (la) directeur(trice) de la recherche dont le mandat est lié à ses fonctions à l’IRTS Parmentier :

    • 3 personnalités qualifiées nommées par le conseil d’Administration de l’AFRIS Paris Parmentier, dont le Président du Conseil scientifique.
    • 4 enseignant(e)s chercheurs d’un Etablissement public à caractère scientifique, Culturel et Professionnel, nommés par le Conseil d’Administration de l’AFRIS Parmentier, sur proposition du (de la) directeur(trice) de la recherche de l’IRTS Parmentier.
    • 1 représentant(e) des personnes accompagnées nommées par le Conseil d’Administration de l’AFRIS Parmentier sur proposition du (de la) directeur(trice) de la recherche de l’IRTS.
    • Le (la) ) directeur(trice) de la recherche de l’IRTS Parmentier.
    • 4 représentants du personnel salarié permanent de l’IRTS, dont 3 issus du personnel pédagogique, élus par leurs pairs selon une organisation arrêtée par le (la) directeur(trice) de la recherche de l’IRTS Parmentier
    • 1 apprenant(e) de l’IRTS Parmentier inscrit en doctorat en travail social dans le cadre des partenariats de l’IRTS Parmentier, désigné(e) par le (la) directeur(trice) de la recherche de l’IRTS Parmentier.

MEMBRES DU CONSEIL SCIENTIFIQUE (Mandat 2021-2024)

PERSONNELS PÉDAGOGIQUES

Personnes qualifiées :

  • Maryse Tannous Jomaa (Présidente), professeur associé, École libanaise de formation sociale, Université Saint-Joseph, Liban.
  • Catherine Lenzi, professeure HES, HES-SO//Genève – HETS
  • Christian Rollet, membre du Conseil d’administration de l’AFRIS Paris Parmentier.

ENSEIGNANTS-CHERCHEURS :

  • Céline Bellot, professeur-chercheur, Université de Montréal, Canada.
  • Emmanuelle Jovelin, professeur des universités, titulaire de la Chair de travail social, le CNAM.
  • Zoé Rollin, maître de conférences, Université de Paris.
  • Stéphane Rullac, professeur ordinaire en Innovation sociale, HETSL, Lausanne, Suisse.

DOCTORANTE :

  • Hanane Bouseta, doctorante IRTS-Université de Montréal.

PERSONNE ACCOMPAGNÉE :

  • Ferdinand Njoh-Njoh, délégué national, CNPA.

SALARIÉES IRTS :

  • Joëlle Delacôte, responsable de formation, TISF, IRTS.
  • Nada Masson, formatrice, ES, IRTS.
  • Corinne Paquin-Correggio, responsable de formation, CAFDES, IRTS.

REPRÉSENTANT DIRECTION PÉDAGOGIQUE IRTS :

  • Anne-Myrtille Robion-Dubois, directrice générale adjointe en charge du développement, IRTS.
GIS-METIS

Le GIS-Métis, Groupement d’intérêt scientifique 
Méthodes, études et techniques en intervention sociale, a achevé sa constitution en septembre 2018.

Le GIS-Métis concourt à favoriser de nouvelles formes de coopération entre les acteurs du travail social : écoles, universités, professionnels, personnes « accompagnées » ou l’ayant été ainsi que leurs représentants nationaux. Ce métissage permet de croiser et de mutualiser des connaissances, des recherches et des savoir-faire en travail social afin, d’une part de générer des pratiques innovantes dans ce champ professionnel, d’autre part, de participer au débat public, sous toutes ces formes, autour des enjeux de développement du champ professionnel du travail social et de l’intervention sociale.

LES MEMBRES DU GIS-METIS :

Le GIS-Métis est constitué d’institutions œuvrant dans des champs différents du travail social/intervention sociale :

  • Le CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), dont l’une des missions est centrée sur « la formation professionnelle supérieure tout au long de la vie » ;
  • Le CNPA (Conseil national des personnes accompagnées), une instance de participation/concertation des personnes en situation de précarité dans le champ des politiques publiques ;
  • La Direction des Solidarités de la ville de Paris, l’opérateur public parisien de l’action sociale ;
  • L’université de Paris-Nanterre, avec l’équipe Education familiale et interventions sociales auprès des familles (EFIS) ;
  • Le GR1, un regroupement Unaforis de quatre écoles de travail social (ENS, Ecole Normale Sociale à Paris ; INITIATIVES à Bourg-la-Reine ; IRIS à Asnières-sur-Seine ; IRTS Paris Ile-de-France).
  • L’APSAJ (Association de Prévention Spécialisée et d’Accompagnement des Jeunes), qui accompagne des enfants, des adolescents et des familles dans le but de prévenir les risques d’exclusion sociale.

QUELQUES PRINCIPES MÉTHODOLOGIQUES DU GIS-MÉTIS :

L’un des postulats fondateurs de ce GIS est d’avancer que la production de savoirs et d’expertise ne peut se faire sans la participation des personnes et des groupes vulnérables. Ils constituent donc une partie importante/primordiale du processus.

Il s’agit pour les parties prenantes du GIS de créer un espace interinstitutionnel autonome qui produise des connaissances dont l’usage social peut être débattu. Cet objectif amène à situer la production des connaissances et des savoirs disciplinaires dans le paradigme du changement social et à souligner la dimension transformatrice de la recherche.

Les partenariats

L’IRTS Parmentier et la Direction de la Recherche ont développé une grande diversité de partenariats, en France et à l’international, avec différents organismes et acteurs liés au secteur du travail social et de la recherche. Que ce soit en collaboration avec des universités, des chercheurs, des associations, des institutions régionales ou nationales, l’IRTS déploie activement tout un réseau de partenaires afin de mutualiser et croiser les savoirs du champ de l’intervention sociale et de la recherche.

LES ACTIVITÉS À CE JOUR :
  • Partenariat IRTS Parmentier – Futur au Présent 

L’association Futur au Présent est une association franco-sénégalaise créée en 2012 par des travailleurs sociaux sénégalais et français ainsi qu’un enseignant-chercheur. Elle propose des programmes sociaux portés par des professionnels du travail social, à destination des populations les plus démunies. Le programme Passer’Ailes est un des programmes de Futur au Présent. Il vise un renforcement de l’accompagnement social des MNA ouest-africains en France. Un partenariat avec l’IRTS a été signé en avril 2021 pour établir des liens entre recherche – formation et acteurs sociaux de terrain.

  • Partenariat IRTS Parmentier – Université de Montréal – Méthode APP 

Le partenariat entre le centre de formation IRTS d’une part et de l’université de Montréal d’autre part s’est concrétisé en mars 2022. Ce projet à la fois pédagogique et de recherche s’est centré autour de la méthode APP (Approche par Problème), une forme de pédagogie qui s’inspire du courant de la psychologie cognitive et du socio-constructivisme. Mobiliser une pédagogie telle que l’APP avait pour objectif principal une acculturation des étudiants et des formateurs à la démarche de problématisation.

 

L’école doctorale libre du travail social et des solidarités

Actuellement en France, il n’existe aucune offre de formation délivrant un diplôme de doctorat en travail social.
Dans ce contexte, l’IRTS Parmentier et son Ecole doctorale libre du travail social et des solidarités marquent une étape importante et forte en nouant un partenariat avec l’université de Montréal. En effet, les doctorants inscrits à l’Ecole doctorale libre du travail social et des solidarités ont l’opportunité de bénéficier d’un accompagnement de qualité de la part de l’université de Montréal et de l’IRTS Parmentier. Ils peuvent surtout, au bout de leur parcours doctoral, obtenir un diplôme de doctorat en travail social délivré par l’université de Montréal.

En savoir plus

Le partenariat avec l’université de Montréal

Le partenariat entre l’IRTS Parmentier et l’université de Montréal ne s’est pas fait pas hasard. En effet, la Direction de la Recherche recherchait un partenariat doctoral de qualité et qui remplissait un certain nombre de critères :

  • Etablir un partenariat avec un pays francophone délivrant un doctorat de travail social.
  • Etablir un partenariat qui assure aux doctorants un encadrement de qualité.
  • Etablir un partenariat avec une université engagée dans la promotion du doctorat en Travail social en France.

L’université de Montréal répondait parfaitement à cet ensemble de critères et c’est ainsi que le partenariat entre l’IRTS Parmentier et l’UdM (Université de Montréal) a été formalisé sous la forme d’une convention signée entre les deux parties à l’été 2020.

Outre le fait que le Québec soit francophone, le programme doctoral de l’Ecole de travail social de la Faculté des arts et des sciences (université de Montréal) présente les avantages suivants :

  • Une formation à la recherche rigoureuse.
  • Une équipe de chercheurs engagés dans la promotion du travail social.

En septembre 2020, sept doctorants se sont inscrits à l’UdM dans le cadre de la convention. Les doctorants inscrits sont des professionnels aguerris qui ont, pour la plupart, une formation initiale de travailleur social puis qui ont évolué jusqu’à obtenir un bac +5. La reconnaissance du TS (travail social) comme discipline leur tient à cœur ainsi que leur sujet de thèse (radicalisation, évolution du TS, la formation en TS, etc…). Ils ont donc une expérience de terrain ainsi que des fondements théoriques à leur actif.

« L’École de travail social de l’Université de Montréal est très heureuse du développement de cette cohorte internationale au sein de son programme de doctorat en travail social. Nous sommes très fier.e.s de participer à la formation d’une relève scientifique en travail social et de favoriser la rencontre d’étudiant.e.s venant de différents contextes régionaux. Cette entente constitue aussi une occasion en or de faire rayonner le travail social francophone et notamment le travail social développé au Québec tout comme la structure d’une formation universitaire en travail social qui allie démarche scientifique et développement professionnel aux trois cycles d’études. » »

Céline BELLOT, professeure titulaire et directrice de département, Oscar Firbank, Professeur agrégé en charge du programme doctoral, école de travail social, Université de Montréal. QUÉBEC, CANADA.
Le séminaire doctoral

Le partenariat avec l’UdM a conduit à avoir une réflexion sur l’encadrement des doctorants en France. En effet, bien que la structuration du programme doctoral assure un suivi des travaux des étudiants, la distance avec le Québec restait un obstacle à appréhender afin de proposer les meilleures conditions possibles d’études aux doctorants et aux futurs candidats. C’est dans ce contexte que l’IRTS IdF a mis en place un séminaire doctoral qui se donne pour missions :

  • D’être un lieu d’échange scientifique, de formation à la recherche et d’intégration à l’IRTS Parmentier pour les doctorants.
  • De soutenir et d’encadrer les doctorants, en lien avec l’UdM, tout au long de leur parcours de thèse.
  • D’être un lieu d’expression et d’échanges entre les doctorants et entre les doctorants et les chercheurs de l’IRTS Parmentier et des structures extérieures.
  • D’être un espace dédié à la présentation des travaux des doctorants dans le respect des prérogatives du directeur de thèse à l’Université de Montréal.
  • Les soirées doctorales

Une fois par an, la cohorte de doctorants engagée dans le programme de l’UdeM propose de rendre compte de l’avancement de leurs travaux et d’en discuter avec le public.

Les modalités pratiques du doctorat en travail social de l’Université de Montréal

Afin d’accompagner au mieux les doctorants, l’IRTS Parmentier et l’École doctorale libre du travail social et des solidarités proposent de :

  • Mettre en œuvre un accompagnement tout au long du parcours, notamment à travers l’organisation d’un séminaire doctoral mensuel.
  • Assurer le lien administratif avec l’Université de Montréal.
  • Délivrer une carte étudiante ad-hoc, chaque année scolaire.
  • Donner accès à toutes les activités de l’école doctorale.
  • Donner un accès au site CAIRN pour les doctorants en faisant la demande.
  • Pré requis :

Être titulaire d’un master II, niveau 7 dans le champ des sciences humaines et sociales.

  • Pour déposer une candidature : Si vous souhaitez vous inscrire au programme doctoral de l’Université de Montréal et bénéficier d’un accompagnement de qualité par l’Ecole doctorale libre du travail social et des solidarités de l’IRTS Parmentier, nous vous remercions de nous soumettre votre candidature à l’adresse mail suivante : recherche@parmentieridf.fr

Les pièces suivantes sont à nous transmettre et sont nécessaires à l’évaluation de votre dossier :

  • Votre CV.
  • Votre lettre de motivation.
  • Le pré-projet de votre doctorat en travail social.
  • Une copie de votre Master et le relevé de notes.
  • Calendrier d’admission :
  • Etude des dossiers par l’IRTS Parmentier : décembre à mars de chaque année.
  • Période d’inscription à l’université de Montréal : février à avril de chaque année.
  • Validation du dossier : 2 mois suivant le dépôt du dossier.
  • Rentrée scolaire : Septembre de chaque année.
  • Durée de formation : 5 ans
  • 1ere année : 4 cours obligatoires en distanciel et présentiel.
  • Examen de passage en 2ème année.
  • À partir de la 2ème année: séminaires de thèse de l’Université de Montréal.
  • Sites de formation et d’accompagnement: Montréal et Paris.